La route des cols Saint Julia de Bec, France

03/08/2014

3 jours, 20 heures de bus, 2 heures de transport urbain, 15 heures d'avion et 3 heures de voiture, pour relier Foz do Iguazu, Buenos Aires, Londres, Toulouse et les Landes. Un grand saut dans le sens du retour. Mais le voyage n'est pas vraiment terminé. Car ces dernières semaines a germé dans nos têtes de gens heureux une boucle dans le grand sud, qui irait de l'Atlantique à la Méditerranée, par les cols pyrénéens, puis dans l'autre sens, de la Méditerranée à l'Atlantique, en suivant de près et de loin le canal du Midi. Avec l'envie de partager du temps avec ceux que l'on ne voit pas assez souvent, et de profiter des merveilles de notre pays.

Col d'Osquich à 495m, entre Saint Jean Pied de Port et Mauléon
Bien alourdis par 2 jours passés auprès de Rose et José, une escapade au fêtes de Bayonne, et une soirée à Cambo les Bains à goûter les spécialités du pays avec Sév et Nico, on attaque notre premier col sur petit plateau - grand pignon. Heureusement, le col d'Osquich est une crotte de bique à comparer à ses autres cousins basques (Bagargui, Burdincurutcheta, Port de Larrau pour ne citer qu'eux), qui eux ont la particularité de te casser les pattes de l'arrière train dès les premiers lacets.

Col d'Aubisque à 1709m, Col du Soulor à 1474m, entre Laruns et Argelès Gazost
Après une pause à Oloron chez Thomas et Sarah, on attaque notre premier hors catégorie, l'Aubisque. Berga est fébrile comme à chaque fois qu'elle découvre un nouveau challenge, Jéjé la rassure, il sait que sa Berga elle envoie du bois et qu'elle va passer ce col les mains en haut du guidon. 2h15 d'effort, un dernier coup de pédale pour faire la regrimpette du Soulor, on arrive en roue libre à Argelès où pour clôturer la journée, on se fait un ping pong verbal avec le papi proprio du camping. L'hospitalité des montagnards, ça nous réchauffe toujours le coeur :o)

Col d'Aspin à 1490m, entre Sainte Marie de Campan et Arreau
Ciel bas, deux méchantes averses, c'est assez pour nous faire contourner le prochain col par la vallée, on enlève donc le mythique Tourmalet de notre traversée pyrénéenne. Cela nous donnera une occasion de revenir. Après une montée de 30 km depuis Bagnères de Bigorre, on avale la montée du col d'Aspin. Tellement performant qu'à Arreau, on s'arrête au bar pour piccoler deux Grimbergen. Le proprio du bar nous annonce que la dernière montée qui mène à la maison de Julie, c'est deux kilomètres et des poussières à 8%. Un kilomètre pour transpirer le houblon, un second kilomètre pour assimiler l'alcool. Celui là est terrible.

Col de Peyresourde à 1569m, Col des Ares à 797m, Col de Buret à 599m, Col de Portet d'Aspet à 1069m, entre Arreau et Castillon en Couserans
Quadruplé de col gagnant aujourd'hui, et pourtant la journée démarre mal avec une petite bruine qui nous pousse à rester au chaud chez Julie. Mais au sommet du Peyresourde, tout change avec une pause chez un cafetier qui nous propose une douzaine de crêpes à 5 euros. Pour ne pas le vexer on garde le Nutella au fond des sacoches, et on repart le taux de glucose à son MAX, prêts à enfiler les montées. Tant mieux, car le Portet d'Aspet, court et redoutable avec 4,5km à quasiment 10% de moyenne, va nous demander 3/4 d'heure d'effort debout sur les pédales. Sans pause pour un hommage à Fabio Casartelli.

Col du Portech à 862m, Col de Port à 1249m, entre Engomer et Tarascon sur Ariège
On a longtemps hésité avec Pablo et Lisa, nos hôtes de la soirée dernière, sur le parcours d'aujourd'hui. On choisit une route et un col peu fréquenté pour rejoindre Massat, au coeur de l'Ariège, royaume des babas cools. Le Col du Portech se révèle sympa et les cyclos locaux nous soutiennent régulièrement avant de lancer un dernier coup de rein pour disparaitre de notre vue. On continue en avalant le col de Port et ses pentes régulières à 7% avant de lâcher les freins jusqu'à Tarascon où, rencontre improbable, on croise Frédo sur un parking de supermarché alors qu'on se ravitaille pour notre soirée camping près d'Ax les Thermes.

Col de Chioula à 1431m, Col des 7 frères à 1253m et Col du Portel à 601m, entre Ax les Thermes et Campagne sur Aude
Berga est assez impatiente de grimper les derniers cols qui la séparent de sa maison, le moteur rugit sur la selle. On grimpe sous un soleil radieux le Col de Chioula et ses derniers lacets à 9%, Jéjé s'accroche à la roue de sa championne. Une fois dans l'Aude, le col des 7 Frères nous mène sur le plateau de Sault, Berga décide de faire un détour par Puivert pour offrir une micro sieste près du lac au Jéjé, qui en a bien besoin, avant de descendre par le Col du Portel. On débarque sans prévenir à l'épicerie de Campagne sur Aude où Pierre Yves et Annie ouvrent une grosse bouche et de gros yeux en nous voyant débarquer ici 24h plus tôt. Car plus fort que le Tour de France, on arrive en avance. En attendant, l'accueil et la soirée nous requinquent dans tous les sens du terme.

Après une semaine bien rythmée (639km et 13 cols) nous voilà donc dans les temps pour offrir nos 4 paluches à la buvette de la foire bio de Couiza. C'est bon de se sentir chez soi, de retrouver Odile, Dim, Eole et Laurence, Jean-Claude, Mathieu et les membres Nature et Progrès Aude dans une belle ambiance écolo-alternative.

Berga & Jéjé

Pris sur le vif

Déjà parcouru

     1186 km      17053 km
     168 km      232 km
     6342 m (6)


Où sommes nous ?


Date : 13/08/2014
Lieu : Saugnac et Cambran, France
Déplacement : Repos
Direction :

Sur la carte ...

Votre dernier message

, le 02/01/2020


Tous les messages