Les rencontres

image

Son nom : Martina et Joan
: Foz do Iguaçu, Brésil
Quand : 17/07/2014
La rencontre : Ce couple de catalans débarque à vélo de deux années passées en Bolivie. Riches d'une histoire atypique qui leur a fait côtoyer trafiquants de drogue, voleurs de bétail et contrebandiers d'animaux en voie d'extinction : embauchés pour organiser le travail d'une hacienda et de ses garçons vachers, alcooliques, bagarreurs et armés, ils ont vécu des moments intenses, souvent limites, à jouer les intermédiaires entre les adversaires d'un jour, où à taper du point quand ça s'imposait, ce qui prouve leur caractère entier et fonceur. Aujourd'hui ils partent pour un voyage à vélo sans but ni limite, qu'ils financeront au fur à mesure des petits boulots trouvés. Des aventuriers.

image

Son nom : Fabiano
: Jardinopolis, Brésil
Quand : 15/07/2014
La rencontre : Quand on lui annoncé qu'on débarquait chez lui, il a averti tout le village de notre passage. Du coup, on n'avait pas mis le pied sur la rue principale de Jardinopolis qu'on se faisait arrêter par un de ses potes postés en bord de route. Il est revenu dare dare de la ville où il croyait nous intercepter, a tenu à récupérer son vélo pour nous accompagner sur les derniers kilomètres. Généreux, fonceur, énergique, aimant la vie, il a viré de la maison toutes les petites vieilles venues soutenir sa grand mère pour le décès très récent de son mari ... car il savait que notre venue et la distraction que cela apporterait serait une occasion d'égayer son foyer. Ce qui a été le cas, pour tout le monde.

image

Son nom : Theodorino
: Prudentopolis, Brésil
Quand : 12/07/2014
La rencontre : En dix ans et avec des idées plein la tête, Théodorino a construit un petit havre de paix touristique mélangeant forêts, étendues d'eau et pédalos, espace BBQ et terrain de football, tireuse à bière et piscines. Un peu surpris de voir débarquer deux cyclistes français dans son Recanto familial qui généralement accueille les gens du coin pour des fêtes de week end, il a tellement été aux petits soins avec nous qu'on a failli ne jamais repartir !

image

Son nom : Guilherme
: Curitiba, Brésil
Quand : 09/07/2014
La rencontre : On n'a pas pu résister à l'envie de rencontrer ce garçon qui souhaitait tant nous accueillir sous son toit. C'est avec simplicité, gentillesse et un carton de bonne humeur que Guilherme nous a pris en main à travers les rues de Curitiba. Biologiste à l'université, il était bien heureux de nous faire visiter son laboratoire et déguster sa liqueur Cachaça. Et jusqu'au bout de la nuit on a échangé avec passion sur la vie brésilienne, les voyages, la musique, et plein d'autres choses.

image

Son nom : Jessica et Rafael
: Curitiba, Brésil
Quand : 08/07/2014
La rencontre : Lui est architecte, elle étudiante en électricité, à eux deux ils ont conçu un lit douillet très moderne digne d'un catalogues déco. Et pour échapper à leur vie urbaine, dès qu'ils ont du temps libre ils grimpent sur leurs vélos pour visiter les régions voisines. L'année prochaine, ils souhaitent partir à vélo pendant une année pour découvrir l'Amérique du Sud. Par contre, pas question d'en parler à la famille jusqu'au dernier moment, famille qui d'après leurs dires ferait tout pour les retenir ici.

image

Son nom : Aramis
: Paranagua, Brésil
Quand : 05/07/2014
La rencontre : Aramis est un bon bourrin du vélo, un avaleur de bitume, un renifleur de pneumatique brûlé. Un gars qui aurait dû faire profession dans la petite reine, et qui restranscrit ce manque par de longs voyages en vélo faits à des moyennes horaires astronomiques. Hormis cela, c'est un fondu de spectacle sportif, et c'est le premier gars que j'ai rencontré ici qui vibrait à l'évocation du Tour de France. Heureusement d'ailleurs que Berga était là, car j'aurais pu terminer notre aventure brésilienne chez lui devant les retransmissions en différé des étapes du Tour, trois semaines de canapé à faire la sieste devant les sprints massifs ou à hurler mes encouragements dans les pentes pyrénéennes.

image

Son nom : Alessandro
: Araquari, Brésil
Quand : 01/07/2014
La rencontre : Dans sa petite maison entourée d'une haie de bambou, Alessandro vit avec son fils et sa mère. S'il met du temps à nous ouvrir sa porte, il en met beaucoup moins à partager ses passions. La poésie d'abord, car Alessandro est un cyclotouriste qui profite des grands espaces pour exprimer ses sentiments en strophes. Le foot ensuite, car c'est un supporteur du club International de Porto Alegre, le club des gauchos et des gens du sud. On repartira de chez lui avec un petit carnet rouge, non pas celui de Mao, mais celui de ses propres compositions, une ode à la liberté et à la différence.

image

Son nom : Ana (et Rodrigo)
: Ipajai, Brésil
Quand : 30/06/2014
La rencontre : Ana nous ouvre grand ses bras dès qu'on arrête nos vélos devant sa porte. Elle est pleine de bonne humeur et d'humour et bien décidée à nous faire visiter sa ville et ses vues imprenables de jour comme de nuit. En tant qu'écologiste engagée, elle suit de prêt la politique ... et partager une soirée à ses côtés, c'est à la fois décoiffant et passionnant ! A ses côtés Rodrigo est bien plus tempéré, à eux deux ils forment une sorte de mélange entre l'eau et le feu.

image

Son nom : Andressa
: Meia Praia, Brésil
Quand : 29/06/2014
La rencontre : Dès notre arrivée, on sent qu'Andressa a l'habitude d'accueillir les invités, dont les voyageurs à vélo. Dans sa grande maison familiale, on prend rapidement nos marques et on se laisse bercer par les odeurs alléchantes émanant des casseroles de cette cuisinière en chef, mais aussi ses anecdotes pimentées sur ses rencontres précédentes. Andressa est une bonne vivante, loin des diktats de la mode qui obsèdent beaucoup de brésiliennes, et il est rafraichissant de voir comment elle préfère l'humain à l'apparence.

image

Son nom : Emilia et Marco
: Florianopolis, Brésil
Quand : 27/06/2014
La rencontre : C'est agréable de rencontrer des personnes qui ont un mode de vie qui colle parfaitement avec le nôtre : un joli nid douillet en bois et matériaux recyclés, des légumes bio du jardin, des animaux, un océan de verdure et d'arbres fruitiers. Marco travaille pour une ONG en tant qu'agronome, Emilia enseigne dans les écoles primaires les sciences de la nature. Dans un petit mois ils seront trois, et il nous tarde l'année prochaine de les accueillir en France, avec ou sans vélo !!!

image

Son nom : Sander et Patricia
: Ararangua, Brésil
Quand : 22/06/2014
La rencontre : Comme pour toute rencontre provoquée, tu le sens vite si ça va bien se passer ou pas. Alors quand on a vu que Sander et Patricia venaient nous chercher sur le trottoir de leur maison avec un grand sourire, et nous dire "Notre maison est votre maison", on s'est dit que les échanges allaient être simples et vraiment agréables avec Sander le facteur et Patricia l'artisan. La communauté des cyclos voyageurs est remplie de gens au grand coeur, et on a souvent l'impression de recevoir plus qu'on ne donne.

image

Son nom : Junior
: Canoas, Brésil
Quand : 16/06/2014
La rencontre : Junior est un gars avec le coeur sur la main. Il nous a accueilli chez lui comme des princes, et a partagé avec nous ce que j'aime peut être le plus découvrir chez nos rencontres : sa passion pour la bonne chère. Car savoir faire plaisir au ventre ne peut se faire qu'avec le coeur. Et là, ce sont des délices dont il nous a régalé toute la soirée. Avec une mention spéciale pour son dessert, une sorte de tiramisu local, avec une pâte faite de beurre-chocolat-cookies. Bah, j'en salive encore rien que d'y penser ...

image

Son nom : Julian
: Pelotas, Brésil
Quand : 14/06/2014
La rencontre : Du haut de ses 23 ans, Julian cultive à la fois la qualité d'être intéressant voire brillant à celle d'être le plus gros fumeur de chichon qu'on ait rencontré jusque là. Ses études d'ingénieur agronome se passent bien, on sent la passion derrière le besoin d'apprendre, et on voit bien dans sa démarche qu'il ira au bout de ses projets et de ses ambitions. En attendant, il nous a donné un premier aperçu du Brésil, de son potentiel et de sa diversité.

image

Son nom : Anita
: Maldonado, Uruguay
Quand : 10/06/2014
La rencontre : Anita, psychologue, est éprise de rencontres et de liberté. A côtoyer des cyclos, elle s'est convaincue un jour de partir pour une grande aventure à deux roues en Amérique du Sud. Et est revenue avec une conviction : il n'y aurait plus qu'une manière de voyager, elle se situerait entre le guidon et la selle, car elle seule peut combler nos aspirations de liberté de choix. Et quand Anita n'est pas à bicyclette, elle accueille le voyageur à deux roues de passage, pour se nourrir encore et encore de nouveaux rêves de grands espaces.

image

Son nom : Magali et Pablo
: Buenos Aires, Argentine
Quand : 04/06/2014
La rencontre : L'appartement de Magali et Pablo, c'est un peu notre refuge en Argentine. Et leurs propriétaires, nos gardiens et nos guides, qui nous aident à nous retrouver dans la jungle urbaine de la capitale argentine. Pablo travaille pour le service météorologique argentin, Magali pour une compagnie pétrolière étrangère. Ils ont en commun avec nous leur amour des voyages à vélo, qu'ils chevauchent dès qu'ils ont quelques jours de vacances. Avec comme prochain objectif de parcourir les routes de France. On se fera un plaisir de leur montrer qu'il n'y a pas que les asados comme nourriture festive, et que chez nous on a aussi de bons vins !

image

Son nom : Andres
: La Paz, Bolivie
Quand : 16/05/2014
La rencontre : Andres, c'est le guide UIAGM (certification internationale) que l'on a choisi pour nous mener sur l'arête du Huayna Potosi. C'est un gars humble, discret, qui sait faire preuve de tempérance et de recul, mais aussi sait être un support, toujours à l'écoute des autres membres de sa cordée, pour les accompagner et les encourager dans les moments plus tendus. Un gars qui habite El Alto, l'ancien quartier pauvre de La Paz, aujourd'hui devenu ville à part entière. Ce quartier longtemps renié, refuge des Aymaras et des Quechuas, a vu naître des générations de jeunes boliviens, qui sont désormais acteurs de la vie sociale, économique et politique de la Bolivie.

image

Son nom : Gregorio
: Arica, Chili
Quand : 12/04/2014
La rencontre : Avec Berga, on pensait avoir fermé notre chapitre "auto-stop" pour quelques semaines, mais quand on se déplace dans le désert de l'Atacama, il n'y a parfois que les chauffeurs boliviens qui viennent chercher du pétrole dans un port du Pacifique pour nous avancer sur la route. C'est le cas de Gregorio, qui avec son camion fait des aller-retour entre La Paz et Arica. Et comme ses compatriotes, qui s'ouvrent peut à peu au monde après avoir été les parents pauvres de l'Amérique du Sud, il est extrêmement friand des nos histoires et curieux de notre mode de vie.

image

Son nom : Alvaro
: Parinacota, Chili
Quand : 09/04/2014
La rencontre : Une maison simple, aux murs blancs. Une plaque de gaz, sur laquelle bout en permanence une bouilloire remplie d'eau. Une étagère, avec dessus un poche encore pleine de mate. Un ordinateur portable, relié au monde par satellite. Voilà le décor de la vie simple d'Alvaro, guardaparque du Parque Nacional Lauca, aux confins du Chili, de la Bolivie et du Pérou. A 4600 mètres d'altitude, dans un altiplano des températures et des climats extrêmes, il nous a accueilli avec la gentillesse de ceux qui n'ont pas grand chose à offrir hormis la chaleur de leurs sentiments.

image

Son nom : Norman
: San Antonio Oeste, Argentine
Quand : 27/03/2014
La rencontre : Chaque fois que Norman tourne la tête vers moi en me demandant "Te gusto ?", je lui réponds oui d'un signe de tête. Comment ne pas comprendre ce fils de paysan, devenu boucher et grossiste en viande, qui devant le paysage d'une pampa verdie par la présence d'un ruisseau, et devant des champs occupés par un troupeau de vaches bien nourries, sourit, non pas du prochain passage de la viande à l'abattoir, mais de ce que la nature peut offrir à ceux qui s'occupent d'elle. Norman a l'oeil de l'homme qui aime ses terres, et qui n'en finit plus, la main sur le coeur, de vanter en toute sincérité sa région et sa fertilité. Un passionné !

image

Son nom : Alberto
: Las Grutas, Argentine
Quand : 26/03/2014
La rencontre : Au bout de quelques heures de discussion, Alberto m'a demandé : "Tu me trouves jeune d'esprit ?". Je lui ai répondu : "Je ne sais pas si j'ai la réponse à ta question, mais par contre si tu me demandes si tu es ouvert d'esprit, je te réponds oui. Car la vieillesse n'est pas forcément un synonyme de rétrograde, tout autant qu'on trouve des jeunes aux idées courtes.". Alberto est en fait fier, fier que son ancienne vie de camionneur ne l'ait pas empêché aujourd'hui d'être connecté au monde par Facebook, internet, et d'avoir une bonne perception de la vie argentine ou mondiale. Sa manière à lui de combattre sa solitude, à peine troublée par sa femme. L'année prochaine, il voyagera en Italie, voir ses cousins restés au pays. Et il nous promet déjà de passer nous voir dans le sud-ouest.

image

Son nom : Julio et Mathias
: Puerto Madryn, Argentine
Quand : 25/03/2014
La rencontre : Julio, à gauche, et Mathias, à droite, forment un duo de choc. Le premier, un kéké comme on n'en a plus vu sur une piste de discothèque depuis "Je danse le MIA", a toutes les qualités du petit loulou : macho, un peu voyou, fuyant comme une anguille, et surtout fier de ses filles. C'est le patron du camion. Le second, apprenti, a hérité du caractère raisonné que Julio a délaissé, et est un gars posé, réfléchi, intelligent et pas du style à se mettre en avant. A eux deux, ils cumulent les aventures avec leur camion depuis la Terre de Feu, entre les pneus qui crèvent, la bâche qui s'envole, le chargement qui fout le camp, la panne de moteur au milieu de la pampa sans eau ni nourriture. Ce qui ne les empêche pas de braver les conditions, sourire au vent.

image

Son nom : Sebastian
: Comodoro Rivadavia, Argentine
Quand : 21/03/2014
La rencontre : Sebastian, chauffeur poids lourd, a vu en nous l'occasion de lutter contre le sommeil. Car il luttait depuis des heures et des heures de route : c'est le premier conducteur que l'on a vu capable de faire chauffer de l'eau pour son mate tout en ayant une main sur le volant et un oeil sur la route et les animaux qui se pressent de la traverser. Et parler, siroter son mate, parler ... Ce qu'on a bien aimé nous, c'est son côté nounours. Bourru et protecteur, faisant ses histoires, répondant à ses questions, avançant dans la vie comme son camion, cahin-cahat, avec sa bonne humeur et ses certitudes.

image

Son nom : Adeline et Marc
: El Chalten, Argentine
Quand : 09/03/2014
La rencontre : Adeline et Marc, c'est diiiiiingue ! Un couple de français qui voyage en tandem depuis plus de 3 ans, et qui prend la vie comme la route, au fur et à mesure des aventures et sans trop se presser. Pour résoudre la difficulté de la Carretera Austral et de son gravier glissant, ils ont trouvé une méthode radicale : ils ont poussé le tandem sur près de 450 km ! Et sans se décourager, à un rythme qui leur faisait parcourir en 1 jour ce que les coureurs du Tour de France parcourent en 1 heure. Et même l'atterrissage en France, ils le feront tout en douceur : un mois de réacclimatation à parcourir la France en tandem pour rencontrer leurs amis, avant de lâcher (définitivement ?) le tandem.

image

Son nom : Raul
: Trevelin, Argentine
Quand : 12/02/2014
La rencontre : Raul, un de ces cyclos au long cours, a commencé son voyage 3 ans auparavant du côté de l'Alaska. L'une de ses particularités est de voyager avec un vélo entièrement recyclé, qu'il a mis plus de 8 mois à assembler pièce par pièce. Et puis le personnage a développé pendant ce voyage une vision de son futur. "Je m'installerai sur un petit lopin de terre dans le sud de l'Espagne, et je ferai de la permaculture. Et surtout, mon souhait le plus cher est de planter des arbres. Cela sera mon don pour l'humanité à ma mort : une forêt là où il n'y en avait pas."

image

Son nom : Esther
: El Bolson, Argentine
Quand : 10/02/2014
La rencontre : Nos voisines nous ont dit : "La proprio du camping est un peu bizarre parfois". Impression que l'on a confirmé en la rencontrant. J'ai dit à Berga : "Je pense avec tout ce qu'elle a dû prendre, elle a fini par ne plus redescendre". Berga m'a dit prosaïquement que c'était les effets d'une maladie. Et quand on a vraiment commencé à discuter avec Esther, on a trouvé un personnage attachant, et même si un peu usée après 30 ans de bons et loyaux services pour la communauté d'El Bolson. Elle sait encore vibrer, notamment quand on lui parle de son fils expatrié en France pour produire des court-métrages.

image

Son nom : Mathieu
: Colonia Suiza, Argentine
Quand : 07/02/2014
La rencontre : Mathieu est venu en Amérique du Sud avec deux ambitions. La première, remonter les Andes depuis Ushuaïa en vélo. La seconde, essayer de trouver un boulot de gardien de refuge histoire de prolonger son séjour ici. Au bout de quelques centaines de kilomètres et un fort vent de face, son genou s'est tellement enflammé qu'il a dû stopper pour un moment ses ambitions sur le vélo. Et quand à sa tournée des refuges, pas encore de retour positif, le boulot étant trop rare pour les locaux pour de plus embaucher des étrangers. Mais ce jeune français ne se décourage pas, et continue sa remontée vers le nord. Que te vaya bien Mathieu !

image

Son nom : Rodolfo
: Puerto Fuy, Chili
Quand : 30/01/2014
La rencontre : Rodolfo est expert comptable à Buenos Aires. Rien de très folichon jusque là. Mais Rodolfo a d'autres passions. Le sport en plein air. A pied, à vélo, sur les montagnes. C'est en traversant un lac de frontière, nos bicyclettes respectives chargées sur le même ferry, que l'on a fait connaissance. Et c'est quelques heures plus tard, alors que Berga roule encore choquée de sa dernière chute, que Rodolfo nous dévoile toute sa bonté d'âme : après palabres avec le guadaparque du coin, il nous dégottera un coin pour poser notre tente, il nous fera un feu, il nous aidera à réparer notre matériel, il partagera son surplus de nourriture. Bref, un vrai gentleman ce mec-là !

image

Son nom : Mario & sa chica
: Parc National du Huerquehue, Chili
Quand : 27/01/2014
La rencontre : Mario, c'est le gars que vous aimeriez avoir comme voisin de camping. La blague prête à l'emploi dès 11h du matin, l'heure à laquelle il pose le pied hors de la tente, la bière dans la main dès midi, dès qu'il a sorti cette dernière (main) du caleçon, toujours une occasion de vous inviter à partager quelque chose, du moment qu'il ait déjà enfilé sa monstrueuse pièce de boeuf. Pour le reste, Mario le cuistot n'en a que pour sa chica, sa femme, professeur de biologie, qu'il a rencontré il y a deux ans sur internet. Et il passerait bien la nuit à nous raconter leur rencontre, tout ce qu'il a laissé tomber pour la suivre, la nouvelle vie qu'il construit avec elle. Car Mario est un grand coeur au delà d'être un hâbleur.

image

Son nom : Alejandro
: Villa Pehuenia, Argentine
Quand : 22/01/2014
La rencontre : Alejandro le bon vivant est allé cherché sa jeep jaune à 2500 km de là, dans la ville de Buenos Aires, et la ramène chez lui, dans les Andes. Une vieille jeep argentine, une Ika, comme on n'en fait plus, avec une même manette pour descendre toutes les fenêtres, un démarreur qui marche à l'envie, des amortisseurs qui jouent du tango, une insonorisation digne d'une discoteca boliche, et une perméabilité à toutes les intempéries. Et sur le chemin, il nous a embarqué, pour nous faire partager ses premières émotions au volant. Et nous a sorti par la même occasion des vents d'altitude de Primeros Pinos qui nous scotchaient au bitume.

image

Son nom : Ria & Oliver
: Sisophon, Cambodge
Quand : 26/12/2013
La rencontre : Il était assistant d'un avocat, elle travaillait dans l'éducation. Il était timide et introverti, elle craignait le soleil et les incertitudes. Ils vivaient tous les deux à Berlin, sans vraiment d'amis, et ne trouvaient plus vraiment de sens à ce qu'ils faisaient. Ils ont donc décidé un jour de tout plaquer, ils ont acheté des vélos, des sacoches, et ont pris la route. En train jusqu'à Budapest, puis à vélo pour traverser toute l'Asie Centrale. On les a rencontrés sur une route du Cambodge, on a partagé notre chemin avec eux, ils nous ont répété que quotidiennement ils remerciaient le jour où ils avaient pris la décision de partir.

image

Son nom : Asia & Saulius
: Veal Renhi, Cambodge
Quand : 06/12/2013
La rencontre : Asia la polonaise et Saulius le lituanien sont des amoureux du vélo. Enfin des vieux vélos pour plus précisément. Ils se sont rencontrés par le biais d'une association "européenne" de cyclistes, et aujourd'hui voyagent à bicyclette de Hanoï à Bangkok. Ils ont fait une entorse à leur amour, en pédalant sur des vélos assez récents (vitesse, pneus à chambre air et non plein, cadre en aluminium et non en acier). En parlant de vieillerie, Saulius nous a sorti un appareil photo soviétique des années 70, un monument de collection. Une chouette rencontre, des passionnés, avec qui on a partagé repas et histoires.

image

Son nom : Sameer
: Arughat Bazar, Népal
Quand : 05/11/2013
La rencontre : A 24 ans, ce jeune aspirant guide de trekking apprend son métier en y mettant beaucoup du sien : marrant, attentioné, n'hésitant à suppléer son équipe de porteurs et cuisiniers au besoin, il veille à que tous les rouages de l'expédition fonctionnent correctement et sans accros. Dommage que son anglais soit pratiquement incompréhensible, mais il nous a dit qu'il repartait à l'école dès cet hiver pour combler cette lacune et pouvoir prendre en charge par lui même une expédition dès la saison prochaine.

image

Son nom : Suman
: Kathmandou, Népal
Quand : 04/11/2013
La rencontre : Un népalais au parcours atypique, même si de plus en plus fréquent aujourd'hui. Sorti de faculté, il est devenu guide de haute montagne (25 seulement au Népal) en passant les différentes certifications (dont certaines dispensées à l'étranger). Il a trouvé le moyen d'obtenir une carte de résident en France, et alterne les séjours en France pour garnir son porte monnaie avec des jobs saisonniers, et compléter son compte en banque en guidant des groupes en montagne sur la saison touristique au Népal. Il est aujourd'hui propriétaire de sa boîte de trekking et aventures, un beau parcours pour un jeune homme de 30 ans.

image

Son nom : Fumiko & Shinyo
: Deunche, Népal
Quand : 27/10/2013
La rencontre : Je suis toujours fasciné par ce peuple et ces individus, encore plus lorsqu'ils osent sortir de leur carcan sociétal pour découvrir le monde. Car il est drôlement dur d'aller affronter les incertitudes du monde lorsque tout votre environnement est borné et sécurisé. Ce frère et cette soeur ont quelque chose de rare chez leurs congénères : un gros bon sens de l'humour, qui leur fait tourner à la rigolade toutes les situations du quotidien. Et on a partagé une soirée de rires et d'échanges avec eux, en se disant qu'il faudra bientôt ajouter le Japon à notre liste de destinations à découvrir.

image

Son nom : Oana & Claudin
: Gokyo, Népal
Quand : 24/10/2013
La rencontre : Croisés à plusieurs reprises aux environs de Gokyo, on partage une soirée politico-historique avec eux autour d'un poêle. Oana travaille comme développeuse pour Axway (société informatique, anciennement liée à Sopra) et parle très bien français ; Claudin est dans la mesure géographique. C'est avec beaucoup d'émotions dans la voix et de colère dans le coeur qu'Oana nous explique l'histore de la Roumanie, les abus des politiciens anciens ou actuels, son écoeurement pour l'avenir. Des échanges sincères et touchant sur des évènements qui font déjà partie de l'histoire chez nous.

image

Son nom : Abi
: Deurali, Népal
Quand : 16/10/2013
La rencontre : Abi est un indien moderne : ouvert au monde, fan de sport, de ciné et de musique, à 25 ans il se lance seul avec un sac à dos de 15kg dans la région du Khumbu. Et même si son expérience dans le domaine se résume à 15 jours de formation à la montagne, son assurance, sa curiosité et sa bonne humeur l'aideront certainement à accomplir tous ses projets d'ascension, dont l'ambititieux défi de gravir l'Everest en 2015 ! Good luck Sir !

image

Son nom : Nick l'anglais
: Deurali, Népal
Quand : 16/10/2013
La rencontre : Quand certains stressent à l'approche de leur mariage et s'inscrivent en salle de sport pour être sûrs de rentrer dans leur costume de cérémonie, d'autres comme Nick ont développé une autre approche, au moment où sa belle lui a demandé gentiment de retrouver la taille de ses 20 ans pour être à son bras dans l'église. Il a donc acheté un billet d'avion pour Kathmandou, a loué les services d'un guide et de porteurs, et s'est lancé le défi de l'ascension du Mera Peak, un 6000 mètres assez couru et facile. C'est sur les chemins du Khumbu qu'on l'a trouvé, avec ses 15 kilos en trop à faire fondre, sa gouaille naturelle et son caractère grognon, et le sentiment qu'il arrivera à son but quoiqu'il arrive. Sacré personnage !

image

Son nom : Kaji Sherpa
: Kathmandou, Népal
Quand : 14/10/2013
La rencontre : Kaji, c'est mero sati (mon ami) népalais depuis 10 ans maintenant. Un homme au grand coeur, fortement imprégné par la religion bouddhiste (à laquelle il consacre des heures de prière quotidienne), qui déploie des trésors d'attention pour faire en sorte que les moments vécus en sa compagnie se passe de la meilleure des manières. Et même si son pas est un peu plus lent et son endurance moins grande, même si son ventre est un peu plus proéminent, même si sa confiance dans les autres est moins étendue, sa faculté à faire sourire les gens dès qu'il entre dans une place est exceptionnelle : cet homme là sait toujours donner du bonheur aux personnes.

image

Son nom : Tomuhé
: Nong Khiaw, Laos
Quand : 19/09/2013
La rencontre : Tomuhé a eu une dérogation spéciale pour avoir 10 jours de vacances d'affilée. Car quand on travaille comme employée de bureau pour le gouvernement japonais, avec 3 semaines de vacances annuelles, difficile de poser plus de 4 jours de pause, week-end inclus nous dit-elle. Tomuhé n'aime pas la bière, par contre elle ne recule pas devant un verre de Lao whisky. Et quand elle a goûté notre bouteille de Pastis, ça a été la révélation : après 2 verres, elle nous aurait bien têté ça au biberon. Pour le reste, discrète, attentionnée, pas chiante : une excellente compagne de voyage sur le kayak.

image

Son nom : Pan, le maître de cérémonie
: Louang Namtha, Laos
Quand : 07/09/2013
La rencontre : Au delà de sa participation à la folle équipée du kayak, Pan appartient à la famille qui gère notre guesthouse, le restaurant et l'agence pour les activités sportives. Normalement en cuisine, il profite de son jour de repos pour animer l'apéro format "tradition du nouvel an" : un plateau, un bol vide, une petite cuillère, un bol de jus de citron et de miel, un bol d'alcool de riz, un sens de rotation (montre) et c'est partie pour deux heures de dégustation à tour de rôle, 2 cuillères de chaque mélangées dans le bol vide, à boire cul sec. Bonne méthode en tout cas pour délier les langues et travailler son (et mon) anglais !

image

Son nom : AK, le "guide"
: Louang Namtha, Laos
Quand : 07/09/2013
La rencontre : Jéjé vous dira que c'est un guide correct, sans énormément d'expérience dans les expéditions en kayak et manquant forcément de vécu pour agrémenter notre excursion. On peut également préciser que côté sécurité et sauvetage en fleuve, sa formation n'est pas suffisante en "live". Pour ma part, j'ai jugé notre guide à travers d'autres critères : jeune homme d'origine vietnamienne aux jeux marrons clairs, sourire d'ange et mèche noire coupant le visage. Il a fait son possible pour nous donner des détails sur les populations rencontrées et leur mode de vie, proposer des divertissements pendant le déjeuner, et garder une touche d'humour tout au long de la journée... Bref, je l'ai trouvé mimi, peut être parce que je ne suis pas tombée à l'eau !

image

Son nom : Tsatchi
: Langmusi, Gansu, Chine
Quand : 25/08/2013
La rencontre : Pour trouver la poste de Langmusi, cachée derrière une allée d'entrepôts et de commerces, il se révèlera notre meilleur allié. D'autant plus facile qu'il parle un très bon anglais, appris sur les bancs d'une école indienne, et qu'il a perfectionné en travaillant pour la compagnie Cisco à Pékin. Aujourd'hui il est revenu au pays, pour construire le plus beau café-restaurant de Langmusi, et se fiancer avec une fille d'un village voisin. Et le rythme de la vie ici lui convient tellement bien, qu'il trouvera même le temps de passer une matinée avec nous pour faire l'ascension de la montagne aux rochers rouges qui surplombe le village !

image

Son nom : Le petit costaud à vélo
: Luqu, Gansu, Chine
Quand : 22/08/2013
La rencontre : Il a le mollet rond, taillé par 3000 km à vélo. Il a l'oeil brillant, émerveillé par les paysages qu'il vient de traverser. Il a la langue pendue, alourdie par de longues heures de solitude et d'abstinence. Il trouve donc en nous de parfaits compères pour partager son aventure de Guangzhou à Lanzhou, et se séparer de ses dernières cartes de viste et cartes postales, histoire que l'on ne l'oublie pas. Promis ! Pour les amateurs de littérature chinoise, voici son site !

image

Son nom : Suoba
: Xiahe, Gansu, Chine
Quand : 20/08/2013
La rencontre : On sent bien que ce jeune moine de 25 ans qui nous approche dans un anglais correct profite des touristes pour s'ouvrir au monde. Il nous explique que depuis tout petit il souhaite être moine, et à 15 ans, soutenu par ses parents, il a intégré le monastère pour y consacrer une pleine vie. Il nous détaille sans tabou son rythme de vie, les prières, l'écriture de poème, la méditation. En parallèle, il est fan de foot (Zizou, Ribéri, Barthez) et de basket (Tony P., San Antonio) et reste connecté au monde sur internet et à sa famille sur son smartphone. Espérons que notre rencontre avec ce moine moderne lui permettra une réincarnation meilleure!

image

Son nom : Deux chinois, une carte routière
: Linxia, Gansu, Chine
Quand : 18/08/2013
La rencontre : Heure du goûter, entre snickers et bananes en bord de route, deux chinois se joignent à nous pour faire un brin de causette. Jéjé explique notre périple effectué et à venir. Originaires de Chengdu, ils semblent de passage dans la région. L'un d'eux prend en main la carte routière et nous propose un parcours touristique pour les 3 prochains mois. Après une bonne heure, on reprend la route accompagnés d'un paquet de cacahuètes pimentées, et sans la moindre idée de ce qui nous attend sur les prochains kilomètres, ni de l'endroit où on va planter la tente le soir même.

image

Son nom : Su Jen Chen
: Yongjing, Gansu, Chine
Quand : 17/08/2013
La rencontre : C'est au volant de sa petite camionnette plateau que ce chinois de 70 ans a stoppé toute activité pour nous proposer de nous avancer sur la montée du col que nous entamions tout juste. Les vélos chargés à l'arrière, il n'hésite pas à faire une halte photos sur la retenue d'eau, puis enchaine une série de lacets qui soulagent d'avance mes mollets. Avant de faire demi tour, il charge un peu plus les sacoches de Jéjé de deux bocaux d'anchois, nous offre sa carte routière et nous laisse son téléphone au cas où on apprenne le chinois rapidos. Et dire qu'on a eu des doutes sur ses intentions au départ ...

image

Son nom : Giant boy
: Gaoping, Shanxi, Chine
Quand : 30/07/2013
La rencontre : Croyant que le magasin Giant allait bientôt fermer, on déparque comme des bolides avec nos deux roues. Le temps semble s'arrêter un instant dans les yeux du jeune qui nous accueille, mais prenant son courage à deux mains et coaché par ses collègues, il va tout donner pour nous aider, quitte à retourner le réduit où il stocke les pièces détachées. Résultats : pas de chambre 26 pouces, pas d'anti vol suffisamment grand pour accrocher nos deux vélos mais un fond de jante usagé qui nous sauvera certainement de mauvais trous !

image

Son nom : Mhi Lu
: Jiexiu, Shanxi, Chine
Quand : 26/07/2013
La rencontre : C'est au détour d'une ruelle du Château de Zhangbi, alors en pleine réflexion sur l'empereur de la dynastie Sui et ses remarquables dépendances, que cette petite boule de poils munie d'une clochette autour du cou sortit Jéjé de l'an 800. Par pur réflexe Jéjé tend sa main vers l'animal qui tourne autour de lui ; ce dernier lui répond instantanément par un double saut périlleux, traduisant son affection et scellant une soudaine complicité entre l'homme et la bête. Après nous avoir suivi près d'une demi-heure à travers les remparts et les temples, il fallut mettre fin à cette escapade : pas moins d'un guide, trois touristes et un garde se mobilisèrent pour renvoyer Mhi Lu à sa demeure. Quant au Jéjé, je sens bien que cette rencontre l'a bouleversé, quelques insomnies, un manque d'appétit certain et le tuning de son vélo avec un grelot me laissent perplexe sur nos prochaines rencontres ...

image

Son nom : Yingchen
: Datong, Shanxi, Chine
Quand : 23/07/2013
La rencontre : Fille de Dongming, cette jeune étudiante, lorsqu'elle ne rougit pas ou essaie de cacher son long corps en forme de fil de fer derrière un arbre noueux, nous confie qu'elle a voyagé (Paris, Los Angeles, Singapour) et aimerait en faire encore plus. Puis sautant du canard laqué au porc aigre-doux, de sa voix tremblante et à peine audible, elle me demande si on est chrétien. Sur quoi, sentant la délicatesse du sujet, je fais une réponse de normand. Elle me sort la bible de son sac, en me disant que de plus en plus de jeunes éduqués se convertissent au christianisme en Chine. Bon Dieu ... finalement, un pape chinois ça aurait de la gueule non ?

image

Son nom : Dongming
: Datong, Shanxi, Chine
Quand : 23/07/2013
La rencontre : On a à peine posé le pied sur le site des grottes de Yungang que ce professeur d'université nous aborde. Dès lors, il plantera ses parents (d'un certain âge), sous prétexte qu'il fait trop chaud pour eux pour continuer la visite et qu'un repos sous des arbres leur fera le plus grand bien. Il nous servira de guide, nous contents de pouvoir s'exprimer dans une autre langue que celle des signes et gestes avec les locaux, lui heureux de pouvoir pratiquer son anglais avec des étrangers.

image

Son nom : Alex
: Mont McKinley, Alaska, Etats-Unis
Quand : 05/06/2013
La rencontre : Avec Alex nous partagions la même envie et la même problématique : grimper le McKinley, mais personne avec qui être encordé pour ce faire. Un forum internet sur la montagne nous a réuni. Partager une cordée avec quelqu'un que l'on ne connaît pas, cela peut s'apparenter à de la loterie. Alors on a appris à se connaître : Alex est Lyonnais, émigré au Québec depuis une dizaine d'années. Il aime les lyophilisés, les réchauds qui dépotent et les matelas qui se dégonflent. Il a l'odorat plutôt tolérant (au vu des odeurs de pied qui pouvaient traîner dans la tente :o)), un joli casque de montagne, et une tente North Face VE25 qui ressemble à un palace sur neige. Toutes les conditions étaient réunies pour que notre binôme fonctionne parfaitement !

image

Son nom : Calvin
: Dalton Highway, Alaska, Etats-Unis
Quand : 28/05/2013
La rencontre : Enfin un vrai physique et une vraie expérience d'Alaskan : un tête dure comme celle d'un orignal, le coffre d'un boeuf musqué, des poils longs comme ceux d'un grizzly. L'ultime évolution de l'homme pour résister aux rudes hivers arctiques. Calvin travaille à la maintenance d'une station scientifique dans la toundra du nord de l'Alaska, et à ce titre est amené à emprunter la Dalton Highway régulièrement avec son gros 4*4, piste où il m'a ramassé pour me ramener à Fairbanks. Son loisir favori ? Sortir sa moto neige lorsqu'il fait -45 degrés, y attacher une luge avec de quoi tenir quelques semaines en autonomie, et parcourir des centaines de kilomètres dans la toundra enneigée pour rejoindre des villages natifs comme celui de Barrow.

image

Son nom : Nico
: Dalton Highway, Alaska, Etats-Unis
Quand : 25/05/2013
La rencontre : Nico fait partie des âmes courageuses qui entreprennent à vélo le long parcours de la Panaméricaine, qui relie Prudhoe Bay et la mer Arctique, à Ushuaïa et la mer Antarticque. "Il me faudra un an, peut être deux", qu'il me dit. Il a la barbe d'un vieux roulard, l'âme émerveillée d'un enfant et surtout un temps et un espace immense devant lui. Une vie à deux roues à croquer tous les jours, aussi loin que le soleil et le vent le porteront.

image

Son nom : Ted
: Dalton Highway, Alaska, Etats-Unis
Quand : 24/05/2013
La rencontre : J'ai cru un moment rêver quand j'ai vu cette petite Mitsubishi rouge débouler sur la piste. Il faut en avoir du courage pour conduire une cacahuète pareille sur une piste aussi cassante que la Dalton. Ted n'en manque pas, et quand il s'est arrêté devant mon campement pour me demander si j'avais besoin de quelque chose, notre discussion a vite dérivé sur notre amour de ce coin sauvage et nos expériences respectives. Et celle de cet homme est aussi grande que sa taille est petite. Son seul regret ? Avoir déjà presque 60 années qu'il n'a pas vu passer. Aujourd'hui, Ted s'est mis en disponibilité de son travail, et officie en tant que volontaire au Bureau Land Management, l'équivalent de notre Office National des Forêts.

image

Son nom : Sage
: Anchorage, Alaska, Etats-Unis
Quand : 08/05/2013
La rencontre : C'est un petit bout de femme, taillé dans le roc, avec un mental d'acier. Elle a découvert le vélo à 40 ans, en a presque 20 de plus aujourd'hui, et entre ces deux âges elle n'a pas arrêté de découvrir le monde à vélo pour assouvir son hobbie préféré : traverser les frontières. Elle planifie ses voyages aux limites les plus isolées des pays d'Asie Centrale, elle réalise maints aller retour entre deux pays pour passer toutes leurs frontières communes, elle est capable de faire un détour de plusieurs centaines de kilomètres pour voir les deux côtés de la frontière si on lui en refuse la traversée. Ses autres passions : l'enseignement, dont elle s'est fait un métier, où elle essaie d'amener un esprit critique et une approche différente à ses élèves, loin de l'omniprésent american way of life; et tout ce qui rapproche et réunit les gens, avec une préférence pour les courants alternatifs, là où se construit une autre manière de vivre.

image

Son nom : Rick
: Resurrection Bay, Alaska, Etats-Unis
Quand : 05/05/2013
La rencontre : J'aime les visages marqués par la vie, burinés par le soleil, les embruns et l'alcool. Peintures d'une vie riche et pleine d'aventures, parfois héroïques, parfois lâches. J'aime ce sourire jauni, ces cheveux blancs et rebelles lorsqu'ils ne sont pas attachés, cet oeil à la fois vif et enveloppé d'un hâle laiteux, cette voix rocailleuse à l'accent caractéristique du bush. Rick dirige Adventure 60 North, un des 2 prestataires louant des kayaks à Seward. Et forcément, quand il m'a vu, prêt à beaucoup pour monter sur un kayak, il a essayé de m'enfumer et me soutirer un max de dollars. Car Rick est aussi un peu un filou, il faut bien survivre durant les rudes hivers alaskans. Alors on a repris au début : on s'est raconté nos aventures, ce qu'on aimait faire, ce qu'on cherchait là en ce lieu de bout du monde ... on s'est gagné en estime. Il m'a fait une fleur, et moi des concessions. Et quand il a fallu me retrouver à 40 kilomètres de Seward alors que je roulais vers le nord pour de nouvelles aventures, juste pour me rendre un pantalon imperméable oublié dans un kayak, Rick est venu.

image

Son nom : Linda
: Resurrection Bay, Alaska, Etats-Unis
Quand : 04/05/2013
La rencontre : Linda a le coeur sur la main avec les cyclotouristes. C'est même une figure locale auprès de cette communauté, que cela soit en terme d'accueil ou d'expériences de voyages à vélo. Quand je suis rentré dans sa maison, elle m'a dit : "Fais comme chez toi, et ce que tu ne trouves pas, tu me le demandes". Dont acte. Un bon repas par exemple : des noddles noyées dans la sauce d'un gargantuesque poulet au gingembre. Dans la vie professionnelle, Linda s'occupe de la santé et de la sécurité des ouvriers d'une industrie du poisson. Et là, la musique change. Extraits choisis : "Ces américains sont tous fainéants, ils ne veulent pas travailler et font le minimum pour toucher des aides". "De toute façon, quand je sais qu'ils font exprès de se mettre en arrêt maladie ou alors ne sont pas fait pour ce métier car ils se blessent trop souvent, je ne les reprends pas l'année d'après". "Les philippins, les mexicains, les européens de l'est, voilà des bons travailleurs qui ne rechignent pas à travailler 10 heures pas jour, 6 jours sur 7, pendant les 10 mois d'ouverture annuelle". Ils n'ont qu'à aller au boulot en vélo ses ouvriers, je suis sûr qu'ils gagneraient ses faveurs ...

image

Son nom : Lester
: Prince William Sound, Alaska, Etats-Unis
Quand : 02/05/2013
La rencontre : Aux Etats-Unis, être maire d'une petite bourgade, cela veut dire faire attention à tous, et même à ceux qui ne sont que de passage. C'est peut être pour cela que Lester nous a chargé dans son pick up pour traverser le tunnel qui relie Whittier au reste du continent. Lester est le maire de Whittier depuis 11 ans, ville construite dans l'endroit le plus reculé et inaccessible possible pendant la seconde guerre mondiale pour faire face à une invasion possible des Japonais et avoir toujours un port de débarquement sur le Pacifique. C'est une "ville" de 160 habitants, dont 90% habitent un seul et même immeuble !!! Immeuble relié par des souterrains à toutes les constructions commune de la ville (mairie, école, bibliothèque ...). Pas trop dur de vivre tous ensemble notamment durant les longs hivers ? Dans sa réponse toute en rondeur comme le personnage, j'ai quand même compris que l'été et son afflux de touristes était le bienvenu.

image

Son nom : François
: Prince William Sound, Alaska, Etats-Unis
Quand : 01/05/2013
La rencontre : Les cyclos ne courent pas les routes en Alaska. Donc quand vous en croisez un dans les rues de Valdez, vous prenez des nouvelles et vous partagez vos péripéties. Avec d'autant plus de plaisir que votre interlocuteur a la même langue maternelle que vous, et qu'il a vu un bout de brousse (glacée). François le normand a commencé son voyage il y a plus d'un an et demi en Amérique du Sud, et depuis 2 mois est parti de Vancouver, a parcouru le Canada et finit par remonter en Alaska. 2 astuces de François ? 1 - François a toujours des tennis au pied, même s'il fait -25 degrés ! Son secret ? Des chaussettes imperméables. 2 - Sur les 2 derniers mois François a dormi 8 fois en tente ! Le reste du temps, il se débrouille à trouver des abris (cabannes en tout genre) où il pose son matelas. Si vous voulez suivre son périple, cliquez ici. Même si son carnet de routes se veut personnel, il donne une belle image de ce qu'est une aventure à vélo hivernale.

image

Son nom : George (pas de photo disponible)
: White Mountains, Alaska, Etats-Unis
Quand : 16/04/2013
La rencontre : Georges a profité d'un premier voyage en Europe pour ramener sa femme, une beauté de la République Tchèque comme il aime à le dire. D'un second voyage il s'est fait un ami français, Jacques Philippe, musher (meneur de chiens de traîneau) connu pour ses faits d'arme des deux côtés de l'Atlantique. La troisième rencontre a été celle avec l'Alaska : il y est venu pour un job avec sa femme il y a 17 ans, il n'en est jamais reparti. Aujourd'hui, Georges partage sa vie entre son travail de menuisier sur Fairbanks, et ses virées dans le Grand Nord, la chaîne des Brooks Range notamment, où en ce moment il chasse le caribou en arpentant les grands espaces avec ses chiens de traîneau. Il fait là un aller retour à Fairbanks, car un de ses chiens s'est cassé la patte, et elle a gelé dans les heures qui ont suivi : amputation obligatoire auprès du seul vétérinaire à 800 km à la ronde. Pendant les 2 heures où il m'a amené au pied des White Mountains, le courant est passé très vite entre nous : on a parlé grand nord, froid, montagne, vélo ... Véritablement un gars avec qui j'essaierai de passer plus de temps lors de mes prochains passages à Fairbanks.

image

Son nom : Ron
: Nenana, Alaska, Etats-Unis
Quand : 14/04/2013
La rencontre : Ron travaillait comme chef de chantier dans une centrale nucléaire de l'Idaho. Alors qu'il se préparait paisiblement à partir à la retraite, son ancien chef, parti superviser la construction de la mine d'or de Fort Knox, l'a appelé : "Donne moi 3 ans de ta vie avant de te retirer définitivement, et je te ferai découvrir un nouveau monde". Ron a hésité, puis a fini par céder à l'appel du grand nord. Depuis, il passe 6 semaines à travailler ici au nord de Fairbanks, à superviser les recherches de l'or (Fort Knox est une gigantesque mine à ciel ouvert) pour 1 semaine de congés auprès de sa famille, de ses 5 enfants et 12 petits enfants de 2 mariages différents. Mais c'est la dernière fois qu'on l'y prend il m'a dit. En attendant, quand il a fallu me prendre en stop sur le bord de la route à Nenana, il n'a pas hésité une seconde à me filer ce coup de main.

image

Son nom : Clarence
: Fairbanks, Alaska, Etats-Unis
Quand : 07/04/2013
La rencontre : Clarence est un chic type. Il était professeur à l'école de Minto, un petit village sur la Tanana River, isolé de tout, et duquel il ne pouvait rejoindre une grande ville (ie Fairbanks) que par petit avion. Aujourd'hui, il est à la retraite, accueillant dans sa (modeste) demeure de Fairbanks les gens de passage, cherchant du travail dans le grand nord, ou venant le découvrir le temps d'une nuit les aurores boréales. C'est surtout le gars qui a accepté que j'utilise sa maison comme camp de base, stockant mon matériel pour les différentes expéditions prévues, et n'hésitant pas à me fournir maintes informations culturelles et géographiques sur les environs.






Pris sur le vif

Déjà parcouru

     1186 km      17053 km
     168 km      232 km
     6342 m (6)


Où sommes nous ?


Date : 13/08/2014
Lieu : Saugnac et Cambran, France
Déplacement : Repos
Direction :

Sur la carte ...

Votre dernier message

, le 02/01/2020


Tous les messages